Le Blog d'Albatros

11 mars 2018

La Menace Saoudienne !.

Une fois n'est pas coutume !.

Pour décrire ce que je pense de ce pays rien ne vaut l'éditorial, paru le 04 mars 2018 dans Jeune Afrique, de Béchir Ben YAHMED, que vous trouverez ci-dessous :

"L'Arabie Saoudite !. L'énorme masse de dollars dont disposent ses dirigeants a pour effet que, dans le monde entier, beaucoup rampent devant eux et que la plupart les ménagent. On n'ose (presque) rien dire de leurs méfaits alors qu'ils sont nombreux et de plus en plus nuisibles.

Ce pays a le même régime depuis près d'un siècle et pèse vraiment depuis que le pétrole est devenu la principale source d'énergie planétaire.

Son influence en Afrique et dans le reste du monde a été discrète et pernicieuse dans la seconde moitié du XXe siècle; elle est en train de devenir patente et dangereuse.

J'estime qu'il est de mon devoir de mettre en garde contre le rôle néfaste que vont jouer les dirigeants actuels de ce pays, assis sur les plus grandes réserves d'hydrocarbures du monde.

D'abord quelques chiffres: le produit intérieur brut (PIB) de l'Arabie Saoudite, le plus important du Moyen-Orient, était, en 2015, de l'ordre de 670 milliards de dollars, pour une population de 30 millions d'habitants (dont le tiers sont étrangers et 75% ont moins de 30 ans).

Il y a peu de Saoudiens actifs; la plupart de ceux qui le sont travaillent pour l'Etat et ses entreprises ou, plus exactement, font semblant.

Le pétrole, dont ce pays détient 20% des réserves mondiales et dont il exporte plus de 10 millions de barils par jour, représente 90% des recettes d'exportation et 80% du budget de l'Etat.

Ce budget est de 190 milliards de dollars; depuis deux ou trois ans, il accuse un déficit de 15%. C'est là un pourcentage très élevé.

Les dépenses militaires sont, elles aussi, les plus élevées du monde en pourcentage du budget: elles en absorbent le tiers.

On évalue le nombre de "princes" et "princesses" à 20 000, dont 5 000 se disent "de sang royal", descendants du "roi" Saoud. Ils tiennent lieu de "famille régnante".

Pour mesurer ce que ses immenses réserves apportent à ce pays, quelques comparaisons.

Le PIB de l'Arabie Saoudite est le double de celui de l'Egypte, trois fois plus peuplée, et plus de trois fois supérieur à celui du Maghreb central (Tunisie, Algérie et Maroc), qui est également trois fois plus peuplé. Il est ving fois plus élevé que celui de la Côte d'Ivoire et de quarante fois celui du Sénégal ou du Mali.

Fondé sur la doctrine wahhabite, qui est un concentré d'intégrisme islamique rétrograde, le "royaume" d'Arabie instauré par Saoud a inventé et propagé l'islamisme dans les pays musulmans. Antidémocratique, misogyne et ultra conservateur, il a financé et aidé les islamistes de son obédience et combattu les autres, comme les Frères musulmans d'Egypte (confrérie créée en 1928), introduisant ainsi une discorde au sein de l'islam.

Aujourd'hui même, il combat l'Iran (chiite), le Quatar (néowahhabite), les Frères musulmans de Tunisie, de Gaza, Etc.

Simultanément, il dirige une coalition qui mène depuis trois ans une guerre aveugle et meurtrière au Yémen; une deuxième coalition conduite par la même Arabie Saoudite a entrepris de détruire l'indépendance du Qatar.

En Syrie, le royaume wahhabite alimente le feu jihadiste; en Irak, il projette de soutenir la minorité sunnite orpheline de Saddam Hussein contre la majorité chiite qui apprend (depuis quinze ans) à exercer le pouvoir; au Liban, il manoeuvre pour déstabiliser le pays.

Sous la (mauvaise) influence des Etas-Unis, qui le protégent, le régime saoudien a accepté, sans états d'âme et depuis un demi-siècle, qu'Israël détienne l'arme nucléaire, mais se réveille en 2018 pour la réclamer à son tour. Pour contrer Israël ?. Non, pour, en alliance secrète avec lui, empêcher l'Iran de la posséder !.

L'islamisme saoudien et son allié américain ont, sans le vouloir ni le prévoir, poussé Oussama Ben Laden à la dissidence: il a émigré vers le Soudan puis l'Afghanistan, réinventé le jihadisme et créé son organisation mère: Al-Qaïda.

Celle-ci a conçu, élaboré et perpétré, le 11 septembre 2001, contre New York et Washington le plus grand acte terroriste de l'Histoire; il a été exécuté pour l'essentiel par quinze dissidents saoudiens (sur dix-neuf terroristes au total), commandés depuis l'Afghanistan par un chef saoudien: Oussama Ben Laden.

Et, depuis ce jour, nous subissons les effets désastreux de "la guerre mondiale contre le terrorisme" déclarée dès le 12 septembre 2001 par un certain George W. Bush, alors président des Etats-Unis.

Le régime saoudien n'est pas directement responsable du terrorisme islamiste. Mais sans la doctrine sur laquelle il es fondé, sans ses financements et ses manigances, ce terrorisme aurait-il existé?. Aurait-il pris l'ampleur qu'il a prise?. Serait-il encore, dix sept ans après ce fatidique 11 septembre 2001, le fléau qu'il est devenu ?.

Aujourd'hui, c'est l'Arabie Saoudite qui est, à mes yeux, la principale menace pour la paix au Moyen-Orient et dans le monde. Intronisé il y a trois ans, le vieux roi Salman n'en est plus que le chef nominal, car il a délégué ses pouvoirs à son fils, Mohamed Ibn Salman.

Jeune, inexpérimenté, impétueux, ce dernier dispose donc, sans aucun contrepoids, d'une armée suréquipée et mal commandée, d'une réserve de plusieurs centaines de milliards de dollars et de l'appui inconsidérée de l'actuel président des Etats-Unis.

Un telle concentration de pouvoir et d'argent entre les mains d'un apprenti chef d'Etat est effrayante.

Aucun dictateur de l'époque récente n'a rassemblé autant de moyen entre des mains aussi inexpérimentées, au coeur d'une région qui est une véritable poudrière.

Le Moyen-Orient et le Monde sont donc à la merci d'une nouvelle décision irréfléchie d'un jeune dictateur dont le pouvoir est aussi démesuré et illimité que les moyens financiers dont il dispose.

Il faudrait un miracle pour nous préserver de la frénésie de cet éléphant dans un magasin de porcelaine qu'est Mohamed Ibn Salman".

 

L'auteur est bien mieux placé que moi pour parler de ce pays et ses écrits reflètent parfaitement mon état d'esprit sur le sujet.

P.S. Merci pour vos commentaires et d'éventuels partages auprès d'amis.

 

 

 


18 février 2018

En Côte d'Ivoire, la Chine-Afrique remplace le France-Afrique

Lentement la Côte d'Ivoire quitte le giron de la France !.

Si les bi-nationaux Franco-Ivoiriens sont encore nombreux à faire le voyage entre l'hexagone et l'ancienne colonie, il faut s'attendre, même si ce n'est pas les "gênes" des politiciens chinois, à voir arriver des couples Sino-Ivoiriens en Afrique de l'Ouest.

Une preuve !.

Le 02 novembre 2017, le Président Alassane Ouatara a inauguré le barrage de Soubré sur la rivière Sassandra. Ce barrage, d'une puissance de 275MW (pour une production annuelle de 1100GWh !), a nécessité 4 ans de travaux et a coûté 504 millions d'Euros.

85% de cette somme ont été financés par...la Chine via l' Exim Bank !.

Si les turbines ont été fabriquées pas le groupe français Alsthom, le barrage a été confié à Sinohydro !.

Cette même Chine, va investir dans la réalisation et la construction d'un deuxième barrage, pour 263 millions d'Euros, à Gribo Popoli.

Ce barrage, d'une puissance de 112MW, sera, lui aussi, construit et financé par Sinohydro et Exim Bank !.

En ivoirien comment dit-on : "Au revoir la France-Afrique", "Bonjour la Chine-Afrique" ?!.

Posté par albatros1948 à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 décembre 2017

Le Référendum en Nouvelle-Calédonie approche !.

Le scrutin devrait avoir lieu fin octobre, début novembre 2018.

Si les pouvoirs Régaliens (Justice, Ordre Public, Défense, Monnaie, Affaires Étrangères !), sont toujours du ressort de la France, l'archipel a acquis, avec les accords de Matignon le 26 juin 1988 et ceux de Nouméa le 5 mai 1998, une très grande autonomie. La plus importante au sein de la République Française.

Le Congrès Calédonien a en charge la préparation de cette consultation.

Il s'appuiera sur le Sénat Coutumier, constitué de 16 membres représentants les huit "aires coutumières" de l'archipel. Son avis est obligatoire sur tout projet de loi du pays et de délibération intéressant l’identité kanak (signes identitaires, statut civil coutumier, terres coutumières…).

La question qui sera posée pour ce référendum est cruciale. Il ne faudra pas que ce soit une question couperet qui enferme les Kanaks, minoritaires (40% de la population) en cas de victoire du "Non" !. Cette victoire du "Non" risque de faire glisser la jeunesse Kanak dans la violence et la délinquance.

D'un autre côté la victoire du "Oui" peut aussi voir la disparition d'une aide de 1,25 milliard d'€ que la France injecte chaque année dans l'économie en Nouvelle-Calédonie.

L'archipel détient 25% des réserves mondiales du Nickel, mais c'est sa seule richesse industrielle et elle ne représente que 4% de son PIB.

L'intitulé de la question qui sera posée devra, si possible, tenir compte du concept "indépendance-association" énoncé, dès 1985, par Edgard Pisani alors Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie.

Cet archipel, colonie française depuis 1853, puis Territoire d'Outre Mer depuis 1946, va, en 2018, tourner une nouvelle page de son histoire.

Espérons que cela se fasse dans le calme et la sérénité.

Il reste moins d'un an pour trouver la bonne formulation !.

 

Posté par albatros1948 à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 décembre 2017

Afrique Du Sud : Vers un éclatement de l'ANC ( le Congrès National Africain) ?!.

Du 16 au 20 décembre 2017, l'African National Congress, l'ancien parti de Nelson Mandela, va élire le successeur de Jacob Zuma, actuel Président du pays, à la tête du parti qui domine la vie politique depuis l'élection de Nelson Mandela en 1994.

Le vainqueur aura toutes les chances de remplacer dans deux ans, Jacob Zuma à la Présidence de l'Afrique du Sud.

Si l'ANC recouvre beaucoup de tendances (voir) , il y a deux factions qui sortent du lot et se font une lutte acharnée.

La première est celle de Cyril Ramophosa (63 ans), l'actuel vice-président de l'ANC. C'est un ancien syndicaliste minier, anti-apartheid dans les années 1980, puis cadre de l'ANC dans les années 1990, pour devenir un riche homme d'affaire par la suite. En 2015, il était classé 42ème fortune du continent africain avec 450 millions de dollars !.

La deuxième a à sa tête Nkosazama Dlamin-Zuma (68 ans). C'est une ancienne épouse de l'actuel Président Jacob Zuma. Elle a été Présidente de la Commission de l'Union Africaine. Elle a aussi été ministre sans discontinuité pendant 18 ans au Gouvernement de l'Afrique du Sud et elle a le soutien de son ex-mari.

Si en 1991 le Parti, toutes tendances confondues, suivait à l'unanimité Nelson Mandela, il est maintenant au bord de la rupture.

Il y a un monde entre Cyril Ramophosa, puissant homme d'affaire et Nkosazama Dlamin-Zuma, plus proche de l'ANC historique et de sa partie "lutte armée"!. 

Le poste de Président de l'ANC est un tremplin incontournable pour la candidature à l'élection à la Présidence de l'Afrique du Sud qui aura lieu en 2019. Élection à laquelle Jacob Zuma sera dans l'impossibilité de se représenter!.

Un "troisième homme", Zweli Mkhize (61ans), l'actuel Trésorier de l'ANC, pourrait créer la surprise !. (voir)

La bataille va être rude et l'ANC risque d'y perdre des plumes.

 

Posté par albatros1948 à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2017

La Vanille Malgache en danger !!!.

Depuis trois ans, les cours de la vanille sont en dents de scie avec un impact plus ou moins important à Madagascar, le principal producteur de vanille au Monde. Pour l'instant !.

La Grande Ile produit environ les 2/3 de la vanille mondiale.

En mars 2000, un cyclone (Hudah !) avait ravagé près de 35% des plantations de la SAVA (région situé au nord-est de Madagascar). A cette époque la vanille était devenue si rare sur les marchés que son prix était monté à 530€ le kilo, avant de retomber à 40€ en 2004.

Depuis, les cours de la vanille ont de nouveau explosé, passant de 65€ le kilo en 2014 à 205€ en 2015.

Au début de l'année 2017 le kilo de vanille se négociait aux environs de 284€, soit autour de 1 million d'Ariary, la monnaie locale !.

Ces fluctuations importantes ont plusieurs raisons.

- La 1ère provient de la pénurie du début des années 2000, qui a poussé les industriels occidentaux, notamment les USA 1er importateur, à faire des stocks.

- La 2ème vient du développement de la vanille de synthèse. (voir)

- La 3ème est lié à la "richesse" parfois temporaire que son commerce a créé au niveau des populations locales. Depuis l'interdiction de l'exportation officielle du Bois de Rose en provenance de la même région, les trafiquants de bois ont eux aussi constitué des stocks, qu'ils revendent en fonction des cours pour blanchir l'argent de leur trafic.

- La 4ème, c'est le passage du cyclone Ewano en mars 2017, qui a détruit plus de 25% des récoltes.

- La 5ème, et pour moi celle que les malgaches ont le plus à redouter, c'est le développement de la culture des vanilliers dans d'autres régions du Monde.

En effet, le niveau très bas des salaires à Madagascar était un avantage certain, pour cette culture qui réclame beaucoup de main d'oeuvre, mais des pays comme l'Inde, l'Indonésie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Viet-Nam et même Tahiti, ont massivement planté des pieds de vanilliers depuis la remontée des cours.

Cette production sera sur les marchés dans les toutes prochaines années !. Il faut 3 ans pour que les pieds arrivent à maturité !.

Le gros handicap de la vanille de Madagascar, c'est la grande opacité et la désorganisation de sa culture dans ce pays qui ne l'utilise pas dans son alimentation de base et qui ne la transforme pas sur place, ce qui n'entraine pas de plus-value locale. C'est l'insécurité qui règne sur l'ensemble de l'Ile Rouge. C'est le fait que les cultivateurs récoltent prématurément les gousses par crainte des vols sur pieds. C'est le fait de "mettre sous vide" un produit immature au détriment de sa qualité, obligeant les industriels à acheter de plus grande quantité de produit.

Si les malgaches (et surtout leur gouvernement !) ne s'organisent pas pour mieux gérer la production et la commercialisation de leur vanille, que les spécialistes considèrent encore comme la meilleure, ils risquent de voir disparaître rapidement cette manne financière que représente la petite gousse "d'or végétal" !.

 

Pour en savoir plus sur la vanille voir !.

Posté par albatros1948 à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


26 novembre 2017

Proverbe Africain

"Si les pierres se querellent, ça n'est pas à l'oeuf de les séparer !".

Posté par albatros1948 à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2017

Proverbe Malgache

"Les chinois fabriquent les objets, les malgaches les réparent".

Posté par albatros1948 à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2017

Comment effacer ses dettes !.

Ca se passe dans un village qui vit du tourisme, sauf qu'à cause de la crise il n'y a plus de touristes.

Tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre. Plusieurs mois passent, misérables.

Arrive enfin un touriste qui prend une chambre. Il la paie avec un billet de 100€.

Le touriste n'est pas plutôt monté dans sa chambre que l'hôtelier court porter le billet chez le boucher, à qui il doit justement cent euros.

Le boucher va aussitôt porter le même billet au paysan qui l'approvisionne en viande.

Le paysan, à son tour, se dépêche d'aller payer sa dette à la prostituée à laquelle il doit quelques passes.

La prostituée boucle la boucle en se rendant à l'hôtel pour rembourser l'hôtelier qu'elle ne payait plus quand elle prenait une chambre à l'heure.

Comme elle dépose le billet de 100€ sur le comptoir, le touriste, qui venait dire à l'hôtelier qu'il n’aimait pas sa chambre et n'en voulait plus, ramasse son billet et disparaît.

Rien n'a été dépensé, ni gagné, ni perdu. N'empêche que plus personne dans le village n'a de dettes.

Vous en pensez quoi ?!.

Bonne méditation !.

Posté par albatros1948 à 22:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 octobre 2017

Proverbe Africain

"Quand les éléphants se battent, c'est toujours l'herbe qui est écrasée".

Posté par albatros1948 à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2017

La compagnie Air France est heureuse de vous annoncer la naissance de Joon !.

S'agit-il d'une PMA ( Procréation Médicalement Assistée) ou d'une GPA (Gestation Pour Autrui) ?.

Si on peut penser que cette "procréation" a été assistée, et favorisée, par la bonne volonté du PNC (Personnel Navigant Commercial !) et du PS (pas le parti moribond mais le Personnel au Sol !), je pencherai pour ma part pour une "gestation" en faveur des PNT; le Personnel Navigant Technique !. Les pilotes !.

La GPA consiste, de façon simpliste, à permettre à un embryon de se développer dans un environnement différent de celui qui est son "origine".

Air France est incapable de "porter" son développement (l'embryon !) sur certaines destinations, alors elle demande à Joon de le porter à sa place.

Pourquoi Air France est incapable de porter ce développement ?. Parce que ses coûts sont trop élevés !.

Le problème c'est qu'avec Joon, la Gestation Pour Autrui, est vérolée par une composante qui elle ne change pas par rapport à la "maison mère": le coût engendré par le maintien des avantages d'une partie des acteurs de ce développement. A savoir la masse salariale des pilotes et leurs avantages !.

Lire cet article d'où est tiré cette remarque:  "Pour éviter tout conflit avec les pilotesil n’y aura pas de vols Joon et Air France vers une même destination ", prévient M. Franck Terner, directeur général d'Air France. Les conflits avec les PNC et le PS, il s'en bat l'oeil !.

La mère porteuse (Joon !) part avec un handicap dans sa gestation !.

Si toutefois cette gestation arrive à terme, ce que je souhaite, les grands bénéficiaires seront, une fois de plus, les "chauffeurs d'avion" !. Et une grande partie de la "mère porteuse" et de la "mère d'origine" n'aura, elle, que ses yeux pour pleurer !.

A lire également cet article prémonitoire !.

Ainsi que celui-ci, dont j'ai extrait ce passage: "La commercialisation des vols resteront donc à la charge d’Air France et les personnels navigants techniques (PNT, les pilotes) pourront voler indifféremment chez Air France ou chez Joon. Les personnels navigants commerciaux (PNC, hôtesses et stewards) sont, quand à eux, payés 45% de moins que ceux de la maison mère, ce qui permet d’offrir des billets à bas coût".

Tout est dit !.

Posté par albatros1948 à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,